Les industries internationales des pesticides et insecticides mettent la France en pièces

Les industries internationales des pesticides et insecticides mettent la France en  pièces

Avec Emmanuel Macron, les industries internationales des pesticides et insecticides mettent la France en coupe réglée. Y a-t-il eu des pots de vins dans cette affaire ?

Article rédigé par Francis GRUZELLE
Lors du prochain Salon de l’agriculture, Emmanuel Macron “tueur d’abeilles” trouvera sur son chemin des apiculteurs en colère déterminés et quelques ruches d’abeilles très agitées pour piquer un Président “piqué” !

PV_AUDITION_DÉPÔT_PLAINTE_24-07-2020

Chaque jour, des dépôts de plaintes pénales comme celle-ci témoignent du génocide des abeilles par le gouvernement Macron.

Décidément, le “gamin du Nord” nous surprendra toujours. Président visionnaire, il vient d’inciter son gouvernement à rétablir les insecticides tueurs d’abeilles (interdits par l’Europe depuis 10 ans, et par la France depuis quelques années), car il est persuadé que les betteraves du Nord vont subir des invasions de pucerons en 2021 et en 2022. Si, si, ce n’est pas un gag. Il en rêve la nuit. Après le coronavirus, déclaré ennemi national, Emmanuel Macron par en guerre contre les pucerons des betteraves… pour sauver la France.

Emmanuel Macron a donné de fermes directives au gouvernement. Et a fait avaler, à défaut d’autre chose, une énorme couleuvre à Barbara Pompili, la nouvelle ministre de la Transition écologique. Avec, en prime, un petit gel au goût de betterave sucrière. L’information est confirmée par un haut fonctionnaire du ministère de l’Agriculture, contacté par téléphone vendredi, et qui préfère conserver l’anonymat, pour survivre à son poste. Il doit : “Jeudi, le ministère de l’Agriculture et de l’alimentation, désormais dirigé par Julien Denormandie, a autorisé, à la demande d’Emmanuel Macron, le retour des néonicotinoïdes pour le secteur sucrier. Une demande de la filière betteravière, alarmée par le développement massif de la jaunisse, une virose végétale principalement transmise par les pucerons verts…”.

L’ennui, avec ce Président qui fait désormais dans la betterave, c’est que les néonicotinoïdes vont détruire, à l’échelon national, les dernières abeilles qui sont encore en vie. D’abord sur le terrain lors des butinages ou des recherches d’eau par les abeilles. Ensuite lors de l’hivernage des colonies, car la nourriture sucrée donnée aux abeilles est faite à base de sucre de betteraves, et le poison, via la graine enrobée, sera diffusé pendant toute la vie de la betterave, puis après, y compris dans le café et les aliments que les Français sucrent à chaque repas.

Emmanuel Macron “fait son miel”, le ministre de l’Agriculture aussi

Les néonicotinoïdes sont ces pesticides « tueurs d’abeilles » qui n’étaient plus autorisés en France depuis le 1er septembre 2018, suite à la loi biodiversité de 2016. Un texte défendu à l’époque par Barbara Pompili, alors secrétaire d’État à la Biodiversité sous François Hollande.

Sous François Mitterrand, la ministre de la Transition écologique aurait démissionné. Même Nicolas Hulot a eu ce courage ! Là, la belle blonde utilise le seul média français qui croit encore à ses conneries pour tenter de justifier une décision probablement motivée par de substantiels versements sur les comptes des décideurs, dans des paradis fiscaux, par Monsanto, Bayer, et le puissant syndicat des betteraviers du Nord. Comme à l’époque de Jérôme Cahuzac, d’Olivier Dussopt, et de quelques autres.

Dans le Courrier Picard, Barbara Pompili ose affirmer “personne n’est satisfait de cette situation. Ni moi ni le ministre de l’Agriculture. Jamais nous n’aurions dû en arriver là. Il y a eu clairement un défaut de suivi.” La ministre blonde ose ajouter sur ce qui apparaît comme un grand retour en arrière écologique : “Nous sommes victimes d’une absence d’alternatives aux néonicotinoïdes… Si les choses avaient été faites comme elles auraient dû l’être, en quatre ans, il y avait la possibilité de faire émerger des solutions pérennes. Nous ferons en sorte que ce genre de situation ne puisse plus se reproduire.”

Foutage de gueule à l’égard des 80 000 apiculteurs français encore debout ! Foutage de gueule à l’égard de tous les militants écologistes qui se battent pour sauver la biodiversité, et dont beaucoup proviennent de la gauche !

Dans son programme pour l’élection présidentielle de 2017, le traître Emmanuel Macron promettait l’arrêt total des insecticides et pesticides en 2019. Une fois de plus, il a piétiné ses engagements, et il ose “tuer” les rares avancées de François Hollande en matière d’environnement. Beaucoup d’abeilles pensent aujourd’hui qu’Emmanuel Macron est un vrai “naze”, un “tueur d’abeilles”, un prédateur de la République, qui trahit tous ses engagements.

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégorie

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !